Le feu de toutes les femmes

par Florence

« Quel ne fut pas le procès que l’on fit à Simone de Beauvoir nue et au journal Le Nouvel Observateur qui sortit une photo le 3 janvier 2008 !

Elle avait quarante-quatre ans. Elle vivait à cette époque une passion torride avec l’écrivain Nelson Algren à Chicago en 1952, moment où fut prise l’image.
C’était un jour de grande moiteur et en passant chez un ami photographe, Art Shay, elle demanda à se rafraîchir en prenant une douche. Le cliché choqua et déclencha plus de cinquante ans après le clic une vague de puritanisme. On y voyait de dos une femme à sa toilette, fessier rond, éternel chignon baroque. Beaucoup n’ont pu admettre que celle qui écrivait à ce moment-là de sa vie Le Deuxième Sexe, ce livre étendard sur l’émancipation de la femme, puisse à quelques moments de ses journées être sensuelle, sexuelle, salope ou chienne, qu’elle puisse essuyer sa sueur et nettoyer au gant le foutre d’un amant. Mais heureusement pour les femmes, Simone est comme nous toutes, une femelle à facettes.Crament sous sa peau, son turban et ses lourdes lunettes, une débauchée qui comme moi en veut toujours plus. Elle a le feu ordinaire de toutes les femmes.

Elle aussi devait sûrement apprécier le râle, l’insanité, la fessée, la giclée. Elle devait à quatre pattes bien aimer la dure virilité, les insultes fripées, la touffeur des poils, le baiser dans l’oreille et quelques doigts dans la bouche. »

Source : LA FEMME, Bénédicte Martin
Editions Des Equateurs

Découvrez aussi

Commentaires